Roc ou Veyrier ? … ? Bon ba Roc !

Dimanche dernier, après les péripéties, pour ne pas dire notre belle connerie de la veille, nous sommes partis voler à Planfait en espérant trouver des thermiques malgré un épais voile de cirrus.  Enfin, avec ou sans thermique, un vol sans incident où nous avons le temps de nous installer dans les sellettes serait déjà une grande première.

vlcsnap-2014-04-04-22h34m17s230

Mais au fait, c’est qui le pilote ?  Maxime a la position du pilote et je suis passagère. Etant morphologiquement non identique… à chacun sa sellette !  Pour ce qui est du pilotage, on aimerait avoir le choix et que je puisse avoir facilement accès aux commandes afin de se relayer.

Nous nous retrouvons donc à Planfait avec en souvenir notre premier vol et l’envie de rapidement l’effacer. Les conditions sont pas si anémiques et amènent une bonne brise de face au décollage.

« Bon, on fait un décollage en 3 temps, hein ? On stabilise l’aile au dessus de la tête et on y va, hein ? »… « Oui, oui, oui !!! » Non je ne suis pas stressée, j’applique les enseignements de la veille ! On prend le temps de faire un superbe décollage, juste avant l’envol, Maxime me demande si la tempo me convient, j’allonge le pas en réponse et nous voilà déjà dans les airs.
vlcsnap-2014-04-05-12h14m36s239

Installation plutôt rapide, bien plus que mon temps d’adaptation ! Etrange sensation que d’enrouler les thermiques les mains dans les poches. Difficile de repasser dans le rôle du passager, je sens qu’il va falloir quelques vols avant d’être vraiment à l’aise…

Nous sortons rapidement aux Dents de Lanfont, première décision tactique.. Maxime me pose la question suivante : « Veyrier ou Roc des Bœufs ? » Je grogne : Je déteste le Veyrier… Il soupire… et lâche un « Bon ba Roc » On se met à rire. Pendant quelques secondes, je me rappelle tout ces couples qui durant un weekend du printemps où lors des grandes vacances choisissent d’aller descendre l’Ardèche en canoë pour tester la fiabilité de leur couple. Qui bien souvent finissent déçu… Et a pieds. Du moins pour un des deux ! Dans notre cas, il est plus difficile de terminer la sortie à pieds quand on est perché à 1800m au dessus du lac… Ce qui fait en partie la force de notre équipage !

vlcsnap-2014-04-04-23h01m19s188

Nous hésitons à avorter cette décision au milieu du Lac, le ciel ne s’améliore pas et les ailes déjà présentes se confondent avec les cimes des sapins. Un élan d’enthousiasme nous emporte, nous traversons. Cet élan ne suffira pas à nous sortir du relief, 20 minutes après avoir raccroché, nous n’avons pas pris plus de 100m de gain. Cette excursion est l’occasion de tester la maniabilité du Biplace. Egalement de venir à la rescousse d’un pilote branché. Maxime s’occupe de garder notre embarcation loin des obstacles pendant que je suis au téléphone avec le 112 pour donner les coordonnés du pilote accroché, heureusement non blessé.

vlcsnap-2014-04-04-23h06m15s59

vlcsnap-2014-04-04-23h05m48s250

Une fois notre mission accomplie, nous n’arrivons toujours pas à dépasser l’altitude de 1200m. Le retour semble bien compromis. Nous nous rapatrions sur Doussard. Au final, deux heures de vol qui ont permis d’identifier les modifications à réaliser sur le matériel et de prendre conscience des particularités de ce type de voile. Le projet est bel et bien lancé et ces premiers vols nous donnent de la suite dans les idées..

Prochain vol ? Demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.