Ca vole et les qualificatifs vont vite manquer!

Rendez-vous 10h15 à Troinex. A l’heure dite, précision suisse oblige: ouverture du sac, dépliage de la voile. Olivier fait les premiers gonflages: pas un pli, pas une ride. A mon tour! Ne pas hésiter à tracter un peu les A pour lever l’aile, vite se placer dessous, jouer avec la fenêtre… Arghhh, je veux la faire voler cette machine!

vlcsnap-2014-05-10-15h43m18s217

Tout est couvert et ventilé sur le Salève, filons donc sur notre site fétiche. Une grosse heure de route et un déjeuner plus tard, le ciel est magnifique, la brise est face… Laurie plaisante, me dit que je n’ai pas l’air de vouloir rigoler. Ben non, je suis bien dedans, j’ai l’intention d’y rester et comme par hasard le silence s’installe dès que je connecte les maillons. Nous allons faire voler, nous allons voler sous un biplace en 2 lignes à nez pointu extrapolé d’une EN-D. Ça excite et ça calme à la fois!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Attendre la bouffe qui monte sous le déco, donner une impulsion, mettre en forme le centre, rendre la main, se retourner, reprendre la main, charger, gaz! Nous touchons notre premier thermique après moins d’une seconde de vol, dégagement du relief, virage, spirale, 1000m de gain, au nuage direct! Magique!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’aile est parfaite. Homogène, solide, réactive, mordante, précise, un des plus beaux parapentes que j’ai pu faire voler. Pas de dérapage, amortie ce qu’il faut, aucune sensation de décharge dans la turbulence, nous ne nous sommes pas trompés sur la taille et la charge alaire. Et pour les couleurs aussi, nous avons tout bon, elle est juste magnifique.

DSC04346

Après une balade le long du relief du Banchet vient la question routinière, presque un comique de répétition pour ceux qui suivent: Grêle ou Chat? S’ensuit un débat contradictoire sur le martinet ou l’hirondelle qui nous décale jusqu’à nous faire raccrocher le thermique de l’île du Lac. Viennent ensuite le col Saint-Michel, le décollage de l’Épine et Château-Richard au plafond, le tout sans enrouler. Nous revenons sagement vers le col de la Crusille, prenant soin en bons compétiteurs de poser dans la transition deux ailes qui ne repasseront pas le col.

DSC04362

Le pré en-dessous de chez moi est moitié en andins moitié non fauché, le pré du long de la route est garni de trois vaches, la masse d’air est un peu active, allons donc poser au pied du col. Mais oh là là, il va falloir utiliser les remblais du TGV pour construire une piste d’atterrissage capable d’absorber une looooongue finale!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le lendemain nous remettons cela, grâce à un petit créneau en fin de journée annoncée par notre nouveau partenaire TopMeteo. Aiguebelette est le site parfait pour valider le comportement de notre attelage au décollage tout comme l’atterrissage en mode bare-foot!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rien que pour ces premières expériences de vol ce projet est déjà une réussite, pour le plaisir que cette machine nous a déjà donné, pour la satisfaction de voir notre projet décoller. Restez branchés, enfin évitez les arbres tout de même, une petite vidéo au goût résineux et meringué est à venir, en début de semaine prochaine si tout va bien…

(merci à Luc et José pour photos et vidéos au sol)

One Reply to “Ca vole et les qualificatifs vont vite manquer!”

  1. Maurice

    Et bien, voilà un bon début. Si vous êtes contents de vos premiers contacts avec votre nouvelle copine d’aventure c’est une très bonne chose. On a hâte aussi de voir la vidéo, ou plusieurs même… 😉 Olivier à donc fait un super boulot !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.